Pages

L'ASSOMPTION

                                      

 Vierge Marie, Notre-Dame de France, Accueillez nos cœurs d’enfants confiants en votre bienveillance. Guidez les vers Jésus notre Sauveur, pour recevoir de son Cœur les grâces de sa divine miséricorde. Nous vous présentons notre pays, ses souffrances, ses troubles, ses conflits, mais aussi ses ressources et ses aspirations. Accueillez-les, purifiez-les, présentez-les à votre Fils afin qu’Il intercède en notre faveur, qu’Il oriente nos actions vers le Bien et nous guide dans la Vérité. Nous vous consacrons la France dans la fidélité à l’espérance et la force de l’Esprit Saint reçues à notre baptême. Amen.

                     L’Assomption de Marie est un grand mystère qui concerne chacun de nous, qui concerne notre avenir. Marie, en effet, nous précède sur le chemin que parcourent ceux qui, à travers le baptême, ont lié leur vie à Jésus, comme Marie lia sa vie à Lui. La fête d’aujourd’hui nous fait élever notre regard vers le Ciel, elle préannonce les « cieux nouveaux et la terre nouvelle », avec la victoire du Christ ressuscité sur la mort et l’échec définitif du mal. Par conséquent, l’exultation de l’humble jeune fille de Galilée, exprimée dans le cantique du Magnificat, devient le chant de l’humanité entière, qui se réjouit de voir le Seigneur se pencher sur tous les hommes et toutes les femmes, humbles créatures, et les élever avec lui au ciel.

Le Seigneur se penche sur les humbles pour les élever, comme le proclame le cantique du Magnificat. Ce chant de Marie nous fait aussi penser à tant de situations douloureuses actuelles, en particulier aux femmes accablées par le poids de la vie et par le drame de la violence, aux femmes esclaves des abus des puissants, aux fillettes contraintes à des travaux inhumains, aux femmes forcées d’abandonner leur corps et leur esprit à la convoitise des hommes. Puisse commencer au plus tôt pour elles une vie de paix, de justice, d’amour, dans l’attente du jour où finalement elles se sentiront saisies par des mains qui ne les humilient pas, mais qui les soutiennent avec tendresse et les conduisent sur le chemin de la vie, jusqu’au ciel. Marie, une jeune fille, une femme qui a tant souffert dans sa vie, nous fait penser à ces femmes qui souffrent beaucoup. Demandons au Seigneur qu’il les conduise Lui-même par la main sur le chemin de la vie, les libérant de ces esclavages.

Nous nous adressons avec confiance à Marie, douce Reine du ciel: « Donne-nous des jours de paix, veille sur notre chemin, fais que nous voyions ton fils, remplis de la joie du Ciel » (Hymne des 2° vêpres). Pape François

Belle fête de la Visitation

  Visitation-Marie-Elisabeth.jpg

 « Mon âme exalte le Seigneur ! » (Lc 1,46)

Fruit du Mystère : La Charité Fraternelle

Textes de méditation sur « La Visitation » de Benoît XVI :
Marie se rendit en hâte chez sa cousine Elisabeth pour lui rendre visite (cf. Lc 1,39). L'initiative de la Vierge fut marquée par une authentique charité, humble et courageuse, mue par la foi en la Parole de Dieu et par la poussée intérieure de l'Esprit Saint. Celui qui aime s'oublie soi-même et se met au service du prochain. Voilà l'image et le modèle de l'Église.
Chaque communauté ecclésiale est appelée, comme la Mère du Christ, à accueillir avec pleine disponibilité le mystère de Dieu qui vient habiter en elle et la pousse sur les voies de l'amour.
Plus l'homme est proche de Dieu, plus il est proche des hommes. Nous le voyons en Marie. Le fait qu'elle soit totalement auprès de Dieu est la raison pour laquelle elle est également si proche des hommes. Elle peut ainsi être la Mère de toute consolation et de toute aide, une Mère à laquelle, devant chaque nécessité, quiconque peut oser s'adresser dans sa propre faiblesse et dans son propre péché, car elle comprend tout et elle est pour tous la force ouverte de la bonté créatrice.
La Vierge Mère est consciente d'avoir une mission à accomplir pour l'humanité et que son histoire personnelle s'insère dans l'histoire du salut. Elle peut dire alors : « Son amour (sa miséricorde) s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent » (Lc 1,50). Par cette louange au Seigneur, la Vierge donne une voix à toutes les créatures rachetées qui, en son Fiat, trouvent la miséricorde de Dieu.
Mon âme magnifie - c'est-à-dire exalte - le Seigneur. Exalter Dieu signifie lui donner une place dans le monde, dans notre propre vie, le laisser entrer dans notre temps et dans notre action : telle est l'essence la plus profonde de la prière véritable. Là où Dieu devient grand, l'homme ne devient pas petit : là, l'homme aussi devient grand et le monde lumineux.
Quand la Vierge Marie rend grâce au Seigneur, elle nous prend à témoin. Marie partage, comme par anticipation, avec ses futurs enfants que nous sommes, la joie qui habite son cœur, pour qu'elle devienne la nôtre. Chaque récitation du Magnificat fait de nous des témoins de son sourire.
Nous ne devons pas seulement porter le Christ dans notre cœur, mais nous devons le porter au monde, de sorte que nous puissions aussi engendrer le Christ pour notre temps.

(Textes extraits des sermons, homélies, lettres et écrits de Benoît XVI)

1 Pater + 10 Ave avec la Clausule : « ... et Jésus, louange secrète empruntant notre voix, est béni. » + Gloria Patri